Accueil > Musée Mémorial de l'Exil > Genèse et motivations
CatalanEspagnolFrançais Anglais
 

Genèse et Motivations

 

La mémoire de l'exil républicain est encore très vivante, non seulement pour ceux qui, directement ou indirectement, elle a souffert, mais pour de larges couches de la population catalane d'aujourd'hui qui, depuis un certain temps, ont manifesté un grand intérêt dans la mise en place d'un musée tel que ce.

 

Un intérêt qui, loin de diminuer avec le temps, a en fait augmenté, au point qu'à l'heure actuelle, il n'est pas exagéré de dire que l'exil est devenue un élément indélébile de référence du catalan contemporain et européen imaginaire collectif. Cependant, au-delà de l'examen du public en général, la question de l'exil républicain et autres exilés est un thème historiographique de première importance. Même si on ne considère que la période contemporaine, des milliers et des milliers de personnes ont été touchées, dont beaucoup vivaient depuis de nombreuses années (ou le reste de leur vie) dans le pays d'accueil, où ils généralement apporté une contribution importante. Beaucoup d'entre eux a également pris en compte et a laissé un compte rendu de leurs conditions et leurs expériences. Il ya donc un héritage immense de l'exil qui, aujourd'hui, n'a pas été suffisamment rétablie, malgré les efforts déployés par différentes institutions à cette fin. L'objectif est d'apporter la dignité des victimes et d'expliquer notre passé le plus immédiat et le coût historique et humaine de la lutte pour la démocratie aux nouvelles générations, afin qu'il n'y ait pas de répétition. Et pour cela, systématiquement, un travail constant et rigoureux est nécessaire, qui se rapproche de la tâche de récupérer cet héritage afin de garantir sa préservation et sa diffusion auprès du plus large public possible.

 

On peut dire que le processus de construction et constituant le musée va de 2000 à Décembre 2007, lors de son inauguration. L'organisme municipal avait passé quelque temps en balance la possibilité de localiser sur son territoire un établissement de style musée ancré dans l'histoire de la ville, afin de le promouvoir à l'extérieur et d'exploiter le potentiel touristique offert par l'immense flot humain qui traverse chaque année il (environ onze millions de personnes par an). Il y avait diverses propositions (comme la création d'un musée de l'Albera, la frontière, la contrebande ou à l'exil) et d'abord la création d'un centre qui implique l'ensemble de ces questions a été examiné. Pour définir enfin le musée, l'avis a été demandé de le Musée de l'Histoire de la Catalogne. Les premiers contacts ont conduit à la conclusion qu'il devrait se concentrer sur un seul thème (afin de l'explorer aussi complètement que possible) et que quelque chose doit être choisie qui ont répondu à un besoin profond et que, par conséquent, pourraient être plus ambitieuses que strictement locale ou régionale des intérêts. Le thème de l'exil est venu le plus près de ces objectifs, car il était étroitement lié à l'histoire locale et régionale, avait une dimension nationale incontestable et a permis une approche internationale.

 

L'été 2001 a vu la première approche avec les grands axes du plan directeur, qui a été présenté à la fin de l'année suivante. Il est fondé sur la conviction que le musée doit non seulement avoir la fonction d'une exposition, mais aussi effectuer un travail de recherche et la promotion des résultats obtenus, qui tend à encourager les lignes de la recherche avec l'Université de Gérone. En outre, pour renforcer son caractère dynamique, à côté d'une exposition permanente y aurait des expositions temporaires chaque année. La préservation et le développement de la mémoire de l'exil républicain implique nécessairement l'analyse du phénomène mondial de l'exil (qui devrait être étendu à l'étude des exilés d'autres époques et les pays) et sa place dans le plus thématique générale des migrations. Dans une société qui a subi un exilé politique aussi importante que celle déclenchée par le résultat de la guerre civile espagnole et dont les membres si souvent tout au long de son histoire ont dû émigrer vers d'autres pays pour des raisons économiques-sociales (et qui, inversement, ont eu d'accueillir dans leur territoire de personnes d'origines très diverses qui ont adopté le pays comme le sien), il ya une sensibilité particulière à l'égard de ces questions.

 

À l'approche de la conception d'un musée, d'autres musées internationaux considérées comme similaires ont été prises en compte, notamment l'American Family History Center immigration, à Ellis Island (USA), Musée du peuple juif - Le Musée Nahum Goldmann de la Diaspora juive (Israël) , Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère (France), États-Unis Musée commémoratif de l'Holocauste (USA) et Gernikako Bakearen Museo Fundazioa-Fundación Museo de la Paz de Gernika (Pays Basque).

 

L'exil Memorial Museum est un projet promu par la Mairie de La Jonquera, avec le soutien de l'Union européenne (FEDER INTERREG III-A-programme), le gouvernement de la Catalogne (services de la Présidence, de la Culture et des affaires intérieures, relations institutionnelles et de Participation) et la Députation de Girona.

 

L'étape finale du musée (2006-2007) a reçu le soutien de le gouvernement de la Catalogne (ministère de l'Intérieur, Relations institutionnelles et de Participation), qui a favorisé la création du Consortium du Musée Memorial de l'Exil (avec la participation du gouvernement de la Catalogne, Alt Empordà Conseil régional, l'Université de Gérone et La Jonquera conseil municipal). De cette façon, le Musée Mémorial de l'Exil à La Jonquera est inclus dans le réseau des lieux de Mémoire de la Catalogne que le Mémorial démocratique a encouragé depuis 2005 et, avec plus de détermination, depuis Novembre 2007, lorsque le Parlement catalan a adopté la loi Memorial.

 

Le Consortium du MUME est l'un des siège du Réseau de la mémoire Catalogne, selon l'ordre de la Generalitat de Catalunya IRP / 91 / 2010  du18 Février 2010.